Ruine M2K2

2013
ballon de 150 cm de diamètre recouvert de 1400 feuilles d’or blanc dégonflé, sonde météo

Crédits photos : Muriel Joya

Dans sa première version la pièce M2K2 est prisonnière de son espace d’exposition.
Cette reconstitution d’un ballon-sonde recouvert de feuilles d’or, a été gonflée à l’hélium et lestée d’un poids de 2 kg qui vient la maintenir au sol. Cette « pièce précieuse », in situ, trouve son sens dans sa destruction partielle. Son image presque irréelle, protégée et sublimée par la vitrine, n’est plus.Retour ligne automatique
Que reste t-il de cette pièce éphémère dans l’espace d’exposition ?
La ruine M2K2, est présentée à la manière d’une archive/objet. Sans écran ni image, elle manifeste sa présence. Il ne reste qu’une enveloppe vidée de son air, dont le souffle l’a libérée vers l’extérieur. Sa forme révèle une possible chute, à l’image des ballons météo lancés à 30 000 mètres au – delà des nuages, pour ensuite retomber dégonflés sur terre. Certaines sondes sont récupérées par des « chasseurs de sonde » qui les traquent grâce aux fréquences particulières qu’elles émettent. Ce passe-temps innocent prend des dimensions politiques dans certains pays. La paranoïa des régimes cadre cette action de peur que les chasseurs découvrent et décodent des conversations secrètes.
L’or pourtant fragilisé par la surface en relief, adhère à la pièce dégonflée et dessine un paysage. Porteur de lumière, l’or sculpte la forme transformée. Cette « peau » est maintenant irréversible. La carcasse dorée échouée au sol dans un nouvel espace d’exposition, de manière plus brutale, devient sculpture-témoin.